Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un sac plein de billets de banque, ça peut aider pour offrir à son fils un beau mariage gay. Mais bien mal acquis ne profite jamais…

ISBN 978-2-37705-022-2

Octobre 2016

50 pages ; 18 x 12 cm ; broché. Prix TTC : 9,90 €

 

 

 

 

 

 

 

 

POUR LES PARTICULIERS

ACHAT EN LIGNE

ou auprès de votre libraire

POUR LES LIBRAIRES

VOIR CONDITIONS DE VENTE

remise de 30% et port offert

LIRE LE DÉBUT

Librairie théâtrale acheter livres théâtre en ligne éditions théâtrales comédies auteur contemporain sketchs saynètes éditeur vente en ligne ebook bibliothèque

Sur le canapé, Gaby feuillette un catalogue de voyage en sirotant un cocktail. À côté une télévision, dont on ne voit pas l’écran, est allumée avec le son coupé. Gaby s’arrête sur une page du catalogue avec un large sourire.

Gaby – La Californie ? Las Vegas ! Le Cæsar Palace… (Son sourire se fige) Cinq mille euros pour une semaine ! Pour se ruiner, en tout cas, l’avion c’est plus rapide que le casino…

Son regard est soudain attiré par l’écran de télévision. Gaby appuie sur la télécommande pour remettre le son.

Présentateur – Les numéros qu’il fallait jouer pour empocher le Jackpot de l’Euromillion étaient donc le 5, le 9, le 12, le 17 et le 24. Pour les étoiles le 6 et le 11. L’heureux gagnant emportera la modique somme de 50 millions d’euros…

Gaby coupe à nouveau le son.

Gaby – Je me demande pourquoi je continue à jouer…

Son portable sonne. Gaby répond.

Gaby – Sam, mon chéri, comment vas-tu ? C’est ton jour de lessive, c’est ça ? Malheureusement, tu ne viens nous voir que quand il ne te reste plus aucun caleçon à te mettre… Mais oui, j’exagère, évidemment… C’est mon côté mère juive… Alors, tu as retrouvé du boulot ? Quelque chose à m’annoncer ? (Avec l’accent pied noir) Popopo, dis… Ne me dis pas que tu te maries, quand même ! (Reprenant sa voix normale) En quelque sorte ? Là tu en as trop dit ou pas assez… Bon, bon, d’accord, si tu préfères nous faire la surprise… Ok, à tout à l’heure… Moi aussi je t’embrasse.

Gaby range son portable et soupire.

Gaby – En quelque sorte… Comment est-ce qu’on peut se marier en quelque sorte ?

Alex arrive avec à la main un sac Vuitton qu'il pose discrètement dans un coin avant d’aller déposer un baiser sur la bouche de Gaby. Il avise le cocktail.

Alex – Eh ben, on ne se refuse rien…

Gaby – Ça ne coûte pas cher, et ça me donne l’illusion d’être en vacances à l’autre bout du monde… Je t’en prépare un aussi ?

Alex – Tout à l’heure peut-être…

Gaby – Tu as passé une bonne journée, mon amour ?

Alex – Une journée assez… riche. Je vais te raconter ça.

Gaby – Et bien moi, j’ai trouvé où nous pourrions aller en voyage de noces.

Alex – J’en conclus que tu as décidé de me demander ma main. Je te rappelle que je n’ai pas encore dit oui…

Gaby – Allez… Je ne sais pas si tu es au courant, Alex, mais maintenant c’est possible…

Alex – Ce n’est pas parce que c’est possible qu’on doit le faire…

Gaby – C’est un droit !

Alex – Mais personne n’a dit que c’était une obligation !

Gaby – On s’est battu pendant des années pour obtenir ça !

Alex – Si c’est un acte militant, alors… On nage en plein romantisme ! On a déjà parlé de ça, Gaby… Moi, le mariage gay… Excuse-moi, mais je trouve ça un peu ridicule…

Gaby – Ridicule ?

Alex – Tiens, qui serait en blanc, par exemple ?

Gaby – Moi, évidemment !

Alex – À ton âge… Ce n’est pas un tout petit peu midinette, non ?

Gaby – Merci pour mon âge, c’est très délicat de ta part…

Alex – Excuse-moi…

Gaby – Et puis on peut très bien être gay et midinette, tu sais…

Alex – Partir en lune de miel, en plus…

Gaby – J’ai toujours rêvé d’aller dans un de ces casinos à Las Vegas, avec des rangées de machines à sous à perte de vue… Je sens qu’il y en a une qui m’attend quelque part avec le Jackpot…

Alex – Le Jackpot…

Gaby (soupirant) – Malheureusement, pour Las Vegas, je ne sais pas si on a les moyens en ce moment… Surtout si notre fils, au chômage, a décidé de convoler lui aussi…

Alex – Pardon ?

Gaby – Sam vient d’appeler. Il doit passer tout à l’heure. Il m’a dit qu’il allait se marier… en quelque sorte.

Alex – Tu vois bien ? On ne va pas se marier en même temps que lui !

Gaby – Pourquoi pas ?

Alex – Un double mariage, ce serait encore plus ridicule, enfin ! (Un temps) Attends, qu’est-ce que tu entends par se marier… en quelque sorte ?

Gaby – C’est ce qu’il a dit…

Alex – Et à ton avis, qu’est-ce qu’on doit comprendre par là ?

Gaby – Peut-être qu’il est gay…

Alex – Tu crois ?

Gaby – Les chiens ne font pas des chats.

Alex – Surtout quand c’est deux mâles ou deux femelles…

Gaby – On ne l’a jamais vu avec une fille.

Alex – On ne l’a jamais vu avec un garçon non plus.

Gaby – Peut-être qu’il n’osait pas nous les présenter.

Alex – Quand on a été élevé par des parents gays, je ne pense pas qu’un coming out soit franchement quelque chose d’insurmontable, non ?

Gaby – Ou alors, c’est l’inverse… Il est hétéro, et il n’a jamais osé nous l’avouer, par peur de nous décevoir…

Alex – Nous décevoir ? Mais tu délires…

Gaby – Quand on a des parents homos, ce n’est peut-être pas si évident que ça de leur annoncer qu’on est hétéro, va savoir…

Alex – Tu crois qu’on aurait pu le traumatiser à ce point, ce pauvre enfant ? Je me demande si ce n’est pas le pape qui a raison, finalement. On ne devrait pas nous laisser élever des enfants…

Gaby – Et moi, je commence à me demander si on ne peut pas être à la fois homo et homophobe… Tu étais déjà contre le mariage gay, alors maintenant tu es aussi contre l’adoption !

Alex – Je ne suis pas contre le mariage gay, je suis contre le mariage tout court ! J’ai le droit de trouver ça ringard, non !

Gaby se met à humer l’air avec un air soupçonneux.

Gaby – Ça sent bizarre, ici, depuis ton arrivée…

Alex – Tu trouves ?

Gaby – Une odeur d’eau de toilette de mauvais goût… (Reniflant à nouveau) Je dirais même une eau de toilette… (Dramatique) Tu me quittes pour une personne du sexe opposé !

Alex – Mais non ! Qu’est-ce que tu vas chercher…

Gaby – Tu as quelque chose à me cacher, Alex… Je te connais... Qu’est-ce qui se passe ?

Alex (après une hésitation) – Il se pourrait qu’on ait quand même les moyens de partir à Las Vegas, voilà.

Le visage de Gaby s’illumine d’un sourire.

Gaby – On a touché le Jackpot de l’Euromillion? (Son sourire se fige) Mais c’est impossible, je viens d’écouter les résultats à la télé… On a encore perdu !

Alex – C’est un peu plus compliqué que ça…

Gaby – Dis toujours…

Alex va chercher le sac Vuitton et le pose sur la table basse.

Gaby – Alors c’est ce sac qui empeste l’eau de Cologne ! Mais qu’est-ce que tu transportes là dedans ?

Alex – J’ai trouvé ça dans le métro…

Gaby – Un sac Vuitton ? Super… Mais je croyais que tu trouvais ça vulgaire…

Alex – Tout dépend de ce qu’il y a dedans…

Gaby – Et alors ?

Alex – Regarde…

Gaby ouvre le sac, y plonge la main et en ressort une liasse de billets.

Gaby – Ne me dis pas que c’est des vrais…

Alex – Moi non plus, je n’y ai pas cru au début… J’ai même pensé que c’était pour un vidéo gag… Que le sac était relié à une alarme qui allait se déclencher dès que j’aurais saisi la poignée… Ou attaché à un élastique… Ou à un seau d’eau disposé au-dessus de ma tête. Mais non…

Gaby – Et il y a combien de liasses, comme ça ?

Alex – Je n’ai pas eu le temps de compter… Mais ce qui est sûr, c’est que le sac en est plein.

Gaby – Et tu as trouvé ça dans le métro ? (Avec un air soupçonneux) Mais quand tu dis trouvé… Tu ne l’as pas volé, au moins ?

Alex – Le sac était posé à côté de moi sur la banquette… Je pensais qu’il appartenait à une des deux fausses blondes assises en face de moi… Je trouvais même ça assez grossier de monopoliser une place assise pour un sac… Même un sac Vuitton… La rame était bondée… Mais non, les deux blondasses sont descendues à la station d’après, et le sac est resté sur la banquette.

Gaby – Et alors ?

Alex – Comme une petite vieille voulait s’asseoir, machinalement, j’ai pris le sac et je l’ai mis sur mes genoux…

Gaby – Machinalement…

Alex – Bref… Au moment de descendre, comme personne ne me réclamait le sac, je suis descendu avec… Sur le quai, je me suis dit que j’allais regarder dedans pour voir s’il y avait une adresse ou un numéro de téléphone pour contacter la propriétaire.

Gaby – Et ?

Alex – Les seuls numéros qu’il y a là dedans, crois-moi, ce sont les numéros de série des billets…

Gaby – C’est dingue… Mais qu’est-ce que tu comptes faire avec ça ?

Alex – Je ne sais pas… Pour l’instant, j’ai l’impression d’avoir gagné au loto… Laisse-moi savourer un peu…

Gaby – Oui, enfin… Cet argent appartient bien à quelqu’un...

Alex – Il n’y a aucune adresse, je te dis ! Qu’est-ce que tu veux qu’on fasse ? Qu’on passe une petite annonce dans Libé : Trouvé sac Vuitton plein de billets de banque, merci à sa propriétaire de contacter ce numéro pour récupérer le tout… Le téléphone n’a pas fini de sonner…

Gaby – Il reste la police…

Alex – Évidemment, j’y ai bien pensé aussi… Mais tu avoueras que ça fait mal au cœur, non ?

Gaby – Enfin Alex, on ne peut quand même pas garder cet argent… Il n’est pas à nous !

Alex – Et qu’est-ce qui nous garantit que la police retrouvera la véritable propriétaire du sac ? Peut-être qu’elle n’osera même pas se manifester !

Gaby – Pour récupérer un sac bourré de fric ?

Alex – Si c’est de l’argent qu’elle dissimulait au fisc, par exemple, et qu’elle s’apprêtait à emmener en Suisse.

Gaby – En métro ?

Alex – Je ne sais pas… Qu’est-ce que tu proposes, toi ?

Gaby – C’est vrai que ça fait rêver, mais on ne peut pas garder cet argent. A fortiori si c’est de l’argent sale !

Alex – L’argent, c’est toujours un peu sale, tu sais… N’importe quel psychanalyste te le dira… Et puis celui-là sent plutôt bon, non ?

Gaby – Quand on dit que l’argent n’a pas d’odeur… C’est vrai que ce parfum-là est plutôt entêtant…

Alex – Ça mérite d’y réfléchir cinq minutes, non ?

Gaby – Et si c’était des faux billets quand même… Tu te rends compte ? On se ferait pincer dès qu’on essaierait de les refourguer…

Alex – En tout cas, il faut se décider vite… Si on ne prévient pas la police maintenant, on pourrait être accusé de recel.

Gaby – Une chose est sûre, c’est que ce fric n’a pas été déposé devant toi dans le métro par un bienfaiteur anonyme…

Alex – Et pourquoi pas après tout ? Par Joséphine Ange Gardien, va savoir… Pour qu’on puisse offrir à notre fils un beau mariage gay…

Gaby – Malheureusement, comme tu dis, on a passé l’âge de croire aux miracles… Et je ne sais pas si les anges sont très favorables au mariage gay.

Alex – Va savoir… Maintenant, il y a peut-être un paradis gay friendly…

Bruit de sonnette.

Gaby – Oh mon Dieu, ça doit être Sam…

Alex – Je remballe ça pour l’instant, et on en reparle après, d’accord ?

Alex remet la liasse dans le sac, et le referme. Gaby s’apprête à aller ouvrir.

Gaby – J’ai hâte de savoir si c’est un garçon ou une fille…

Alex – Sa copine est déjà enceinte ?

Gaby – Mais non ! De savoir si Sam va nous présenter un garçon ou une fille !

Alex – Ah oui, c’est vrai… Excuse-moi, j’ai un peu la tête ailleurs…

 

Partager cet article

Repost 0