Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand deux candidats aux élections, le jour même du scrutin, doivent aussi incinérer leurs conjoints respectifs, on risque le bourrage d'urnes. Surtout lorsque le directeur des pompes funèbres a recruté une intérimaire du genre incontrôlable...

ISBN 979-10-90908-94-9

Octobre 2016

54 pages ; 18 x 12 cm ; broché. Prix TTC : 9,90 €

Traduction disponible en espagnol.

 

 

 

POUR LES PARTICULIERS

ACHAT EN LIGNE

ou auprès de votre libraire

POUR LES LIBRAIRES

VOIR CONDITIONS DE VENTE

remise de 30% et port offert

LIRE LE DÉBUT

Librairie théâtrale acheter livres théâtre en ligne éditions théâtrales comédies auteur contemporain sketchs saynètes éditeur vente en ligne ebook bibliothèque

La réception d'une entreprise de pompes funèbres, ressemblant à celle de n'importe quelle autre entreprise. Sur le bureau, un téléphone sonne. Edmond, le patron, vêtu d'une façon très stricte, arrive en maugréant.

Edmond - Oui, oui, j'arrive... Qu'est-ce qu'ils ont tous aujourd'hui à être aussi pressés... Ce n'est pas encore les soldes... Ah, non, je vous jure, ils finiront par avoir ma peau... (Il répond, avec une amabilité commerciale) Picard Pompes Funèbres à votre service...? Oui Monsieur Dumortier, nous allons le recevoir ce matin... Parfaitement, en chêne avec des poignées dorées et un capitonnage vert pomme... La collection automne-hiver, c'est cela... Mais vous savez, le modèle Elisabeth 2, c'est un classique. C'est indémodable. Ce n'est pas le moins cher, c'est vrai, mais je sais que Madame Dumortier était très coquette. Croyez-moi, avec ce modèle-là, on n'est jamais déçu. En tout cas, on n'a jamais eu de réclamation, n'est-ce pas... Mardi, c'est entendu... Au plaisir Monsieur Dumortier... Enfin, je veux dire, euh... À mardi, Monsieur Dumortier... Et encore une fois, toutes nos condoléances... (Il raccroche) Je commence vraiment à fatiguer, moi... (Le téléphone sonne à nouveau) Et merde... Picard Pompes Funèbres à votre service...? Ah, c'est toi, Yvonne... Alors le docteur est passé...? La grippe évidemment...? Avec l'épidémie qui sévit cet hiver... C'est qu'elle est très virulente, cette année... Ici, le téléphone n'arrête pas de sonner... Heureusement qu'on me livre la nouvelle collection ce matin, parce que si j'avais un imprévu... Je ne dis pas ça pour toi, bien sûr... Mais c'est vrai que je suis complètement débordé. Non, ce n'était vraiment pas le moment que tu tombes malade toi aussi... Tout seul ici, je ne m'en sors pas, moi... Non, l'intérimaire n'est pas encore arrivée. Je ne sais pas ce qu'elle fait. Elle devait être là à neuf heures. Ça commence bien... (Jetant un regard par la vitrine) Ah, je vois quelqu'un arriver, ça doit être elle. Bon il faut que je te laisse. Soigne-toi bien. Moi aussi, je t'embrasse...

Entre Samantha, une jeune femme au look peu approprié au poste qu'elle vient occuper (outrageusement sexy ou au contraire grunge ou gothique, par exemple).

Samantha - Bonjour ! Je suis un peu en retard, je sais...

Edmond - En effet... Une panne d'oreiller, dès le premier jour ?

Samantha - Même pas ! Non, le réveil a sonné à l'heure, je me suis bien levée, et tout. C'est dans l'autobus que je me suis rendormie. Le chauffeur m'a réveillée au terminus. Alors le temps de reprendre la ligne dans l'autre sens... (Son portable sonne) Excusez-moi... Ouais Pamela... Non, je viens juste d’arriver au boulot... Ben chez Picard ! La galère, tu peux pas savoir... Pour une fois, je m’étais levée à l’heure, nickel... Tu ne vas pas le croire, je me suis rendormie dans le bus...

Edmond – Bon, ça y est, oui ?

Samantha – Excuse-moi, je te rappelle quand je serai plus tranquille, d’accord ? (Elle range son portable). C’était ma copine Pamela...

Edmond – Et vous, vous appelez comment?

Samantha - Samantha.

Edmond - Samantha ?

Samantha - Ça pose un problème.

Edmond - Non, non... C'est à dire que... Samantha, ça fait un peu... Enfin vous voyez ce que je veux dire...

Samantha - Non...

Edmond - Disons que dans notre profession, on est habitué à des prénoms plus discrets.

Samantha - Genre ?

Edmond - Je ne sais pas, moi... Josiane, Martine... Christelle à la rigueur... Ou Yvonne. Ma femme s'appelle Yvonne... Vous croyez vraiment pouvoir la remplacer...?

Samantha - La remplacer...?

Edmond - Alors vous tenez vraiment à vous faire appeler Samantha ?

Samantha – Ben c’est mon nom.

Edmond - Et votre tenue là...

Samantha – Quoi ma tenue ? Qu’est-ce qu’elle a ma tenue ?

Edmond – Je ne sais pas moi... On vous a dit que vous aurez à faire à la clientèle ?

Samantha - Ben... Oui... On m’a dit que je serai à l’accueil.

Edmond - Vous comprenez bien que pour travailler dans ce genre d’établissement, une tenue... classique serait quand même plus appropriée.

Samantha - Ah bon...

Edmond - Vous avez une formation, au moins ? Une première expérience dans notre domaine d'activité ?

Samantha - J'ai un CAP d'esthéticienne. Et j'ai fait une mission comme vendeuse chez Leclerc il y a trois mois.

Edmond - Esthéticienne... Oui, ça pourrait à la rigueur nous dépanner un peu...

Samantha - Ah bon...?

Edmond - Mais, Leclerc... Vous voulez dire dans la branche funéraire.

Samantha (surprise) - Ben non... Au rayon charcuterie, pourquoi?

Edmond - Non, parce qu'autant vous dire que chez Picard, on ne fait pas dans le discount. Et pourquoi pas la vente par correspondance ou la vente en ligne, aussi ?

Samantha - Ah, oui, pourquoi pas...

Edmond - Leclerc et nous, on ne fait pas le même métier, d'accord?

Samantha - D'accord...

Le téléphone sonne.

Edmond - C'est le moment de me montrer ce que vous savez faire... Autant vous jeter à l'eau tout de suite, parce que je vous préviens, on est à flux tendu en ce moment. Je n'aurai pas le temps de vous former. Répondre au téléphone, ça devrait être dans vos cordes, non ?

Samantha - Pas de problème... (Elle décroche avec assurance) Picard Surgelé, j'écoute...? Ah, non, Madame, je suis désolée, mais apparemment, vous avez fait un faux numéro... Mais je vous en prie, Madame... Pas de problème Madame... Au revoir Madame...

Samantha, contente d'elle, se tourne vers Edmond, qui la regarde pétrifié.

Samantha - Qu'est-ce qu'il y a ?

Edmond - C'est une blague ? C'est pour la Caméra cachée, c'est ça ?

Samantha - Quoi ? C'était une bonne femme en pleurs qui croyait téléphoner aux pompes funèbres...

Edmond - Nous SOMMES une entreprise de pompes funèbres !

Samantha (anéantie) - Non...?

Edmond - L'agence d'intérim ne vous a rien dit ?

Samantha - Ils m'ont juste parlé de viande froide... Et comme la boîte s'appelait Picard...

Edmond - C'est un cauchemar... (Prenant sur lui) Bon, malheureusement, je n'ai plus le choix.

Samantha - Et donc, ici, c'est... une boîte de croque-morts ? C’est que je n’ai jamais fait ça, moi...

Edmond - Écoutez, vous vous contentez de répondre au téléphone et de prendre les messages. Quand un visiteur se présente, vous m'appelez. Et surtout, vous ne prenez aucune initiative, d'accord ?

Samantha - D'accord.

Edmond - Maintenant, je dois retourner m'occuper de mon député...

Samantha - Le député ?

Edmond - Delamare. Les législatives anticipées... Vous n'avez pas vu les panneaux électoraux contre le mur du cimetière ? C'est le premier tour de scrutin aujourd'hui ! Et comme le député sortant ne se représente pas...

Samantha - Le député sortant ?

Edmond – Oui... Cette fois, on peut même dire que c'est une sortie définitive. Je suis en train d'essayer de lui refaire une beauté, là-bas derrière. Et croyez-moi, il y a du boulot...

 

Partager cet article

Repost 0