Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catalogue

CONTEMPORAINS

À cœurs ouverts
Alban et Ève
Amour propre et argent sale
Apéro tragique à Beaucon-les-deux-Châteaux
Après nous le déluge
Attention fragile
Au bout du rouleau
Avis de passage
Bed and breakfast
Bienvenue à bord
Brèves de confinement
Brèves de scène
Brèves de square
Brèves de trottoirs
Brèves du temps perdu
Brèves du temps qui passe
Bureaux et dépendances
Café des sports
Cartes sur table
Comme un poisson dans l'air
Comme un téléfilm de Noël... en pire
Coup de foudre à Casteljarnac
Crash Zone
Crise et châtiment
De toutes les couleurs
Déjà vu
Des beaux-parents presque parfaits
Des valises sous les yeux
Dessous de table
Diagnostic réservé
Drôles d'histoires
Du pastaga dans le champagne
Échecs aux Rois
Écrire sa vie (autofiction)
Écrire une comédie pour le théâtre (essai)
Elle et lui, monologue interactif
Erreur des pompes funèbres en votre faveur
Eurostar
Fake news de comptoir
Flagrant délire
Gay friendly
Happy Dogs
Happy hour
Héritages à tous les étages
Hors-jeux interdits
Il était un petit navire
Il était une fois dans le web
Juste un instant avant la fin du monde
L'Étoffe des Merveilles
La Fenêtre d'en face

La Maison de nos rêves 
La Représentation n'est pas annulée
Le Bistrot du Hasard
Le Bocal

Le Comptoir
Le Coucou

Le Gendre idéal
Le Joker
Le Pire village de France
Le Plus beau village de France
Les Copains d’avant… et leurs copines
Les Monoblogues
Les Naufragés du Costa Mucho
Les Rebelles
Les Touristes

Mélimélodrames
Même pas mort
Ménage à trois
Minute papillon !
Miracle au couvent de Sainte Marie-Jeanne
Mortelle Saint-Sylvestre
Morts de rire
Nos pires amis
Photo de famille
Piège à cons
Pile ou face
Plagiat
Pour de vrai et pour de rire
Préhistoires grotesques
Préliminaires
Primeurs
Quarantaine
Quatre étoiles
Rencontre sur un quai de gare
Réveillon à la morgue
Réveillon au poste
Revers de décors
Rimes orphelines (poésie)
Roulette russe au Kremlin
Sans fleur ni couronne
Sens interdit – sans interdit
Série blanche et humour noir
Sketchs en série
Spéciale dédicace
Strip poker
Sur un plateau
Tout est bien qui commence mal
Trous de mémoire
Tueurs à gags
Un boulevard sans issue
Un bref instant d'éternité
Un cercueil pour deux

Un enterrement de vies de mariés
Un mariage sur deux
Un os dans les dahlias
Un petit meurtre sans conséquence
Une soirée d’enfer
Vendredi 13
Vous m'en direz des nouvelles
Y a-t-il un auteur dans la salle?
Y a-t-il un pilote dans la salle?

CLASSIQUES

BECQUE Comédies Courtes
BECQUE Les Corbeaux
BECQUE Michel Pauper
BERTRAND T. Acteurs, Auteurs, Spectateurs
BERTRAND T. L'Accord parfait
BERTRAND T. Le Costaud des Epinettes
BERTRAND T. Le Danseur inconnu
BERTRAND T. Les Deux Canards
BERTRAND T. Théâtre sans directeur
BERTRAND T. Triplepatte
BERTRAND T. Un perdreau de l'année
BOURSAULT Le Mercure galant
CUREL F. La Nouvelle Idole
DESMARETS Les Visionnaires
FEYDEAU L'Âge d'or
FEYDEAU La Lycéenne
HUGO Mille francs de récompense
LABICHE Si jamais je te pince
MIRBEAU Farces et Moralités
MIRBEAU Le Foyer
RENARD Monsieur Vernet
ROSTAND Les Romanesques
SAND Molière
ZOLA Thérèse Raquin

Publié par martinezjp

Dix ans après le bac, elle fait son come-back… En conviant chez lui ses deux ex « meilleurs potes » qu’il n’a pas revus depuis le bac, un comédien au bout du rouleau provoque leurs improbables retrouvailles avec une ex « bonne copine » de lycée à qui ils ont laissé un mauvais souvenir…

Ouvrage publié aux Editions La Comédiathèque
ISBN 978-2-37705-001-7
Octobre 2016
68 pages ; 18 x 12 cm ; broché. Prix TTC : 9,90 €

 

 

 

Achat du livre

Pour les libraires : voir les conditions de vente (remise 30%)

Pour les particuliers : achat auprès de votre librairie ou en ligne 

LIRE LE DÉBUT

Librairie théâtrale acheter livres théâtre en ligne éditions théâtrales comédies auteur contemporain sketchs saynètes éditeur vente en ligne ebook bibliothèque

Un appartement sentant la vie de bohème, et meublé principalement de cartons, visiblement en prévision d'un déménagement. Nicolas, la trentaine, look de looser, fait les cent pas, pensif. Il se décide, décroche le téléphone, et attend nerveusement pendant que ça sonne à l'autre bout du fil.

Nicolas (avec une amabilité surjouée) - Allo, Brigitte Paradis ? Vous avez bien fréquenté l'École Saint-Sulpice de Villiers-sur-Marne dans les années 90...? (Se laissant aller petit à petit) Vous êtes brune, avec des yeux noisette, et une poitrine plutôt...? (Brusquement) Excusez-moi, j'ai dû faire un faux numéro. Je cherche une rousse aux yeux gris avec des petits seins...

Il raccroche, et pousse un soupir de soulagement satisfait, interrompu par la sonnerie de la porte d'entrée. Nicolas va ouvrir. Antoine arrive, look prof.

Nicolas - Salut Antoine, entre...

Antoine - Nicolas ! Eh ben... Si je t'avais croisé dans la rue, je t'aurais pas reconnu... Ça fait au moins dix ans, non ?

Nicolas - Neuf.

Antoine - Eh oui ! L'année du bac... Tu te souviens ? Les grèves ! On avait passé tout le mois de mai à draguer sur les pelouses... Ce n'était pas soixante-huit... ni même soixante-neuf, mais bon... On n'avait rien foutu, et ils ont donné le bac à tout le monde...

Nicolas - Oui... Je dois être le seul à l'avoir raté, cette année-là...

Antoine (feignant l'embarras) - Je suis désolé, je n'ai rien amené... Je voulais prendre une bouteille en passant, mais la supérette d'en bas était déjà fermée...

Nicolas - Ah ouais...? Normalement, ils ferment à huit heures...

Antoine jette un coup d'oeil sur l'appartement sordide de Nicolas.

Antoine (faux-cul) - Tu es bien installé, dis donc...

Nicolas - Mmm... Ça vient d'être classé logement insalubre...

Antoine (ne relevant pas) - Toujours célibataire ?

Nicolas - Ouais...

Antoine - Veinard ! Tu ne sais pas la chance que t'as... Et tu fais quoi, maintenant ?

Nicolas - Je suis comédien...

Antoine - Ce n'est pas vrai ? T'as continué, alors ?

Nicolas - Quand on a le virus... Et toi ? Tu as laissé tomber ?

Antoine (emphatique) - Errare humanum est, perseverare diabolicum !

Nicolas - T'es prof de latin ?

Antoine - De gym... Je suis marié, mon vieux ! J'ai deux gosses. Alors le théâtre, tu penses bien... Et toi, ça marche ?

Nicolas - Tu as vu le dernier épisode de Navarro ?

Tête d'Antoine signifiant qu'il ne sait pas trop.

Nicolas - Dans la scène avec le légiste, là, c'est moi...

Tête étonnée d'Antoine.

Antoine - Le légiste de Navarro, c'est toi ?

Nicolas - Pas le légiste... Le cadavre...

Antoine - Ah ouais, d'accord... Je ne t'aurais pas reconnu, dis donc... Je me suis toujours demandé comment ils faisaient pour ne pas bouger, comme ça... Ça ne doit pas être évident, hein ?

Nicolas - C'est un métier... Enfin, c'est surtout le maquillage, qui prend beaucoup de temps...

Antoine - Et Navarro, il est sympa... Enfin, je veux dire Roger Hanin...

Nicolas - Tu sais, je ne l'ai pas beaucoup vu, hein... Comme j'avais les yeux fermés...

Antoine - Ah, ouais... Et sinon, tu as d'autres projets...?

Nicolas - Pour l'instant, je suis en arrêt maladie...

Antoine - Ah... (Tentant de plaisanter) Ce n'est pas contagieux, au moins...?

Nicolas (sinistre) - Non, non, rassure-toi... C'est mortel, mais c'est pas contagieux...

Antoine prend évidemment cela comme une blague à froid. Il jette un regard intrigué autour de lui et constate l'absence de tout autre invité et de tout préparatif de fête. Il remarque aussi les cartons...

Antoine (inquiet) - Tu déménages...?

Nicolas - Euh... Non... Enfin, pas tout de suite...

Antoine (soulagé) - J'ai eu peur... J'ai cru que tu m'avais fait venir pour charger le camion...

Antoine ne dit rien et semble préoccupé. Antoine commence à se demander ce qu'il fait là. Il regarde Nicolas en essayant de faire bonne figure, mais ne sait plus très bien quoi dire.

Antoine - Ça sent le fauve, ici, non...? Tu as un chat ?

Nicolas - Un iguane.

Antoine - Un iguane ?

Nicolas - Non mais rassure-toi, il est enfermé dans la salle de bain...

Nouveau silence embarrassé. Antoine se demande visiblement ce qu'il fout là, pour ne pas dire qu'il doute de la santé mentale de Nicolas.

Antoine - Dis-moi, c'est vraiment très sympa de m'avoir invité, mais on fête quelque chose, là...? C'est ton anniversaire, ou...? Je suis peut-être un peu en avance...?

Nicolas (ailleurs) - Euh... Non, non... On n'attend personne d'autre... Enfin, à part Vincent...

Antoine (étonné) - Ah, tu as invité Vincent...? (Forçant un peu son enthousiasme) Ah oui, ça me fera plaisir de le revoir... On s'est croisé, une fois ou deux... Je ne sais pas trop ce qu'il devient...

Nicolas - Il est dans la communication, je crois...

Silence embarrassé.

Antoine - Alors, comme ça, tu as eu l'idée de nous réunir tous les trois ? Pour se rappeler le bon vieux temps...?

Nicolas - En fait, j'avais quelque chose à vous demander. Mais je préfère attendre que Vincent soit là...

La sonnette de la porte se fait à nouveau entendre.

Antoine - Ah... Quand on parle du loup...

Nicolas va ouvrir.

Nicolas - Salut Vincent...! Entre...

Nicolas revient, suivi de Vincent, look business branché, une bouteille de Moët et Chandon à la main.

Vincent - Désolé, je suis un peu en retard... (Il tend à Nicolas sa bouteille de champagne) Tiens, j'ai pris ça à la supérette d'en bas...

Nicolas - C'était pas fermé...?

Embarras d'Antoine qui, afin de faire diversion, s'approche de Vincent pour le saluer.

Antoine - Salut Vincent !

Vincent (surpris et pas très enthousiaste) Ah, d'accord... C'est une réunion nostalgie... Les Trois Mousquetaires, dix ans après...

Nicolas - Neuf... Je vais sortir des coupes...

Nicolas pose la bouteille sur la table et farfouille dans un carton à la recherche de coupes, pendant que Vincent sourit à Antoine, avec une joie un peu affectée.

Vincent - Tu as dû en faire du chemin, depuis que tu as quitté le lycée...?

Antoine - Ben, je suis toujours au lycée Saint-Sulpice, en fait... Je suis juste passé de l'autre côté du bureau. Enfin, je n'ai même pas de bureau. Puisque je suis prof de gym... Et toi ? (Considérant son look golden boy) Ça a l'air de marcher, dis donc... Tu es dans quoi, exactement ?

Vincent - Dans la pub... Je suis directeur artistique pour une grande agence...

Antoine - C'est peut-être ce que j'aurais dû faire, moi, parce que prof, tu sais... Bon d'accord, contrairement à nos élèves, nous on est payés, mais tellement mal... Non, et puis il n'y a plus aucune discipline... Tu ne peux pas savoir ce que les jeunes de maintenant peuvent être violents... Remarquez, nous, on était pas mal non plus, hein ? Vous vous souvenez de ce gamin, en sixième, qu'on avait accroché par le col au portemanteau ? On appelait ça jouer au pendu.  Si un autre élève n'était pas passé par là et ne l'avait pas décroché... Il était déjà tout bleu...

Nicolas - Oui, je m'en souviens très bien... C'était moi...

Antoine - C'est toi qui l'a décroché...?

Nicolas - Non le... le pendu... C'était moi...

Antoine (gêné) - Ah ouais... Ah je ne me souvenais plus du tout que c'était toi, dis donc, c'est marrant... Je crois que c'est comme ça qu'on a fait connaissance, d'ailleurs...

Librairie théâtrale acheter livres théâtre en ligne éditions théâtrales comédies auteur contemporain sketchs saynètes éditeur vente en ligne ebook bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :