Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catalogue

CONTEMPORAINS

À cœurs ouverts
Alban et Ève
Amour propre et argent sale
Apéro tragique à Beaucon-les-deux-Châteaux
Après nous le déluge
Attention fragile
Au bout du rouleau
Avis de passage
Bed and breakfast
Bienvenue à bord
Brèves de confinement
Brèves de scène
Brèves de square
Brèves de trottoirs
Brèves du temps perdu
Brèves du temps qui passe
Bureaux et dépendances
Café des sports
Cartes sur table
Comme un poisson dans l'air
Comme un téléfilm de Noël... en pire
Coup de foudre à Casteljarnac
Crash Zone
Crise et châtiment
De toutes les couleurs
Déjà vu
Des beaux-parents presque parfaits
Des valises sous les yeux
Dessous de table
Diagnostic réservé
Drôles d'histoires
Du pastaga dans le champagne
Échecs aux Rois
Écrire sa vie (autofiction)
Écrire une comédie pour le théâtre (essai)
Elle et lui, monologue interactif
Erreur des pompes funèbres en votre faveur
Eurostar
Fake news de comptoir
Flagrant délire
Gay friendly
Happy Dogs
Happy hour
Héritages à tous les étages
Hors-jeux interdits
Il était un petit navire
Il était une fois dans le web
Juste un instant avant la fin du monde
L'Étoffe des Merveilles
La Fenêtre d'en face

La Maison de nos rêves 
La Représentation n'est pas annulée
Le Bistrot du Hasard
Le Bocal

Le Comptoir
Le Coucou

Le Gendre idéal
Le Joker
Le Pire village de France
Le Plus beau village de France
Les Copains d’avant… et leurs copines
Les Monoblogues
Les Naufragés du Costa Mucho
Les Rebelles
Les Touristes

Mélimélodrames
Même pas mort
Ménage à trois
Minute papillon !
Miracle au couvent de Sainte Marie-Jeanne
Mortelle Saint-Sylvestre
Morts de rire
Nos pires amis
Photo de famille
Piège à cons
Pile ou face
Plagiat
Pour de vrai et pour de rire
Préhistoires grotesques
Préliminaires
Primeurs
Quarantaine
Quatre étoiles
Rencontre sur un quai de gare
Réveillon à la morgue
Réveillon au poste
Revers de décors
Rimes orphelines (poésie)
Roulette russe au Kremlin
Sans fleur ni couronne
Sens interdit – sans interdit
Série blanche et humour noir
Sketchs en série
Spéciale dédicace
Strip poker
Sur un plateau
Tout est bien qui commence mal
Trous de mémoire
Tueurs à gags
Un boulevard sans issue
Un bref instant d'éternité
Un cercueil pour deux

Un enterrement de vies de mariés
Un mariage sur deux
Un os dans les dahlias
Un petit meurtre sans conséquence
Une soirée d’enfer
Vendredi 13
Vous m'en direz des nouvelles
Y a-t-il un auteur dans la salle?
Y a-t-il un pilote dans la salle?

CLASSIQUES

BECQUE Comédies Courtes
BECQUE Les Corbeaux
BECQUE Michel Pauper
BERTRAND T. Acteurs, Auteurs, Spectateurs
BERTRAND T. L'Accord parfait
BERTRAND T. Le Costaud des Epinettes
BERTRAND T. Le Danseur inconnu
BERTRAND T. Les Deux Canards
BERTRAND T. Théâtre sans directeur
BERTRAND T. Triplepatte
BERTRAND T. Un perdreau de l'année
BOURSAULT Le Mercure galant
CUREL F. La Nouvelle Idole
DESMARETS Les Visionnaires
FEYDEAU L'Âge d'or
FEYDEAU La Lycéenne
HUGO Mille francs de récompense
LABICHE Si jamais je te pince
MIRBEAU Farces et Moralités
MIRBEAU Le Foyer
RENARD Monsieur Vernet
ROSTAND Les Romanesques
SAND Molière
ZOLA Thérèse Raquin

Quatre passagers qui n'ont rien en commun participent à un voyage touristique dans l'espace. La cohabitation se passe plus ou moins bien jusqu'au moment où la tour de contrôle leur annonce qu'en raison d'une fuite d'oxygène, il n'y aura pas assez d'air pour tout le monde. L'un d'eux doit se sacrifier, sinon ils périront tous. Ils ont une heure pour trouver celui qui acceptera d'endosser "l'Étoffe d'un héros"...

Distribution : 2 hommes et 2 femmes

Montages en France, Suisse, Espagne… 

 

Ouvrage publié par les Editions La Comédiathèque
ISBN 979-10-90908-93-2 Octobre 2016
54 pages ; 18 x 12 cm ; broché.
Prix TTC : 9,90 €

Achat du livre

Pour les libraires : voir les conditions de vente (remise 30%)

Pour les particuliers : achat auprès de votre librairie ou en ligne 

Quelques montages

 

 

 

 

 

EstrelladO2 Production - Tres Patas Santander - 2018-2019

LIRE LE DÉBUT

Librairie théâtrale acheter livres théâtre en ligne éditions théâtrales comédies auteur contemporain sketchs saynètes éditeur vente en ligne ebook bibliothèque

Le module principal d'un vaisseau spatial. S'agissant d'une comédie, on ne s'interdira pas un futurisme kitch façon science fiction de série Z. Le mur du fond peut être recouvert d'une toile peinte figurant le ciel étoilé visible depuis la baie vitrée. De part et d'autre deux cloisons, avec d'un côté le terminal de la radio de bord en forme de téléphone muni d'une lampe rouge clignotante, et de l'autre une hachette également rouge derrière une vitre comme dans les trains (avec la mention "à ne briser qu'en cas d'urgence"). Le quatrième mur figure aussi une baie vitrée offrant aux passagers une vue imprenable sur la terre, la lune et les étoiles, selon la rotation du vaisseau. Côté cour une sortie vers le poste de commandement et le laboratoire, côté jardin une autre vers les cabines. Edouard, debout face aux spectateurs, admire émerveillé le spectacle.

Edouard - C'est incroyable, regardez, Kimberley ! On voit la France !

Kimberley, semblant chercher quelque chose, lance un regard distrait dans sa direction.

Kimberley - Ah, oui... C'est vraiment tout petit...

Edouard - On distingue nettement la côte bretonne, l'estuaire de la Gironde, le bassin d'Arcachon... Pour un peu, on verrait mon yacht ! C'est là qu'il est amarré...

Kimberley - Avec Google Earth, Edouard, vous le verriez. Si je retrouve mon portable...

Edouard - C'est dingue... On a beau savoir que les mappemondes d'aujourd'hui sont strictement fidèles à la réalité, contrairement aux cartes du Moyen-Age qui ne mentionnaient pas l'Amérique... Là on en a la preuve visuelle !

Kimberley - Ne me dites pas que vous avez payé une fortune pour participer à ce vol seulement pour vérifier que l'Amérique existait vraiment ?

Edouard - Mais regardez, on voit même la Corse ! (Il s'approche de la baie vitrée) Ah non... Ça, c'est une chiure de mouche sur le pare-brise... (Il se recule et reprend son observation) La botte, là, c'est l'Italie...

Kimberley (jetant quand même un coup d'oeil) - C'est marrant, d'ici, on ne voit pas du tout les frontières...

Edouard - Vous vous attendiez à quoi ? Les voir dessinées en pointillés comme sur une carte Michelin ? Il paraît qu'à l'époque, on pouvait voir le mur de Berlin, depuis l'espace.

Kimberley - Ah oui, c'est dommage qu'il n'existe plus.

Edouard - Il reste la Grande Muraille de Chine. Ça au moins c'est du solide...

Kimberley - Oui...

Edouard - Et vous ? Pourquoi est-ce que vous avez fait ce voyage, alors ?

Kimberley - C'était le premier prix d'un concours organisé par TF1.

Edouard - Et vous avez gagné ! Bravo !

Kimberley - Il fallait donner le nom de la candidate qui avait été éliminée la veille dans une émission de télé-réalité.

Edouard - Et dire qu'à moi, ce petit voyage dans l'espace m'a coûté un million de dollars...

Kimberley - Bon, après, il y avait un tirage au sort... On était plus d'un million à avoir trouvé la bonne réponse. Mais pour tout vous dire, j'aurais préféré gagner le deuxième prix.

Edouard - C'était quoi ?

Kimberley - Une Twingo.

Edouard - Ah oui...

Kimberley - Mais neuve, hein ! Avec toutes les options : vitres électriques, autoradio, clim... Il fait un peu chaud ici, non ?

Edouard se remet à contempler le spectacle qui s'offre à lui.

Edouard - C'est vraiment incroyable ! Pas besoin de regarder la météo à la télé. Je peux tout de suite vous dire que d'ici une heure, un gros cyclone va dévaster le Nicaragua. Et croyez-moi, ça va faire du grabuge. Qu'est-ce que c'est marrant...

Kimberley, toujours préoccupée par ses recherches, regarde un peu partout dans la cabine, sauf vers la baie vitrée.

Kimberley - Je l'avais dans les mains tout à l'heure. Il ne s'est pas envolé, quand même...

Elle tombe nez à nez avec Igor, le commandant de bord, qui arrive du poste de commandement.

Kimberley (minaudant) - Ah, Igor !

Igor - Vous cherchez quelque chose, Kimberley ?

Kimberley - Oui. Mon iPhone.

Igor (lui tendant son iPhone) - Je l'ai retrouvé qui flottait au plafond dans les toilettes. On a une petite panne du système de gravité artificielle dans cette partie du vaisseau. Je vais essayer de réparer ça...

Kimberley - Ah, merci Commandant !

Igor - Malheureusement, ce n'était pas le seul OVNI qui flottait dans les toilettes... Mais qu'est-ce que vous comptez en faire ?

Kimberley - Ben passer un coup fil !

Igor - Ah, je crois que ça ne va pas être possible, Kimberley.

Kimberley - Dans les avions, c'est seulement au moment du décollage qu'il faut couper son portable, non ?

Igor - Oui. Mais là on est dans une navette spatiale. Vous pouvez toujours rebrancher votre iPhone. Mais ça m'étonnerait fort qu'à 180 kilomètres d'altitude vous captiez un réseau. Ou alors, vous me donnerez le nom de votre opérateur...

Kimberley - Oh, non... Alors ce n'est pas possible de téléphoner pendant toute la durée du... C'est pire qu'au théâtre, alors !

Igor - Désolé...

Kimberley - Ne me dites pas qu'on est totalement coupés du monde   !

Igor - Coupés du monde, pas forcément... Disons seulement que dans l'espace, si votre iPhone venait à sonner, ce ne serait pas un terrien au bout du fil...

Le téléphone de Kimberley se met à sonner, et elle répond, interloquée.

Kimberley - Allo...? (Se reprenant) C'est la fonction réveil, j'ai oublié de changer l'heure.

Igor - Il faut reconnaître que quand on est en orbite autour de la terre, ce n'est pas facile de décider quelle heure il est vraiment.

Kimberley - Mais je ne sais pas moi. En cas d'urgence, par exemple. Alors on ne pourrait même pas appeler les pompiers ?

Igor désigne le terminal mural de la radio de bord.

Igor - En cas d'urgence, nous sommes reliés à la tour de contrôle par la radio de bord. Mais si c'est pour changer un rendez-vous avec votre coiffeuse, j'ai peur que ça ne doive attendre jusqu'à notre retour sur terre...

Kimberley soupire.

Kimberley - Je ne sais même pas quoi mettre ce soir... C'est une soirée habillée ?

Igor - Moi je viendrai plutôt habillé, mais après, c'est comme vous le sentez...

Kimberley (minaudant à nouveau) - Oh, Commandant...

Natacha arrive, et croise Kimberley qui sort.

Natacha (froidement distante) - Bonjour Kimberley. Ça va comme vous voulez ?

Kimberley (imitant ET) - Téléphoner maison...

Tête de Natacha. Kimberley s'en va.

Edouard - Regardez, de ce côté-ci, on voit la lune !

Igor regarde partir Kimberley en fixant plutôt son attention sur sa chute de reins. Ce qui n'échappe pas à Natacha.

Natacha - De ce côté-là aussi... (À Igor) Qu'est-ce qu'elle voulait, la shampouineuse ?

Igor - L'adresse de votre coiffeur. Mais rassurez-vous, je n'ai rien dit. Il faudrait d'abord me passer sur le corps...

Natacha n'a pas le temps de répondre.

Edouard - Alors Igor ! C'est la soirée du commandant aujourd'hui ? Qu'est-ce que vous nous avez mijoté de bon ? C'est quand même la Saint-Sylvestre, que diable ! On ne va pas se taper encore vos plats lyophilisés arrosés d'eau tiède...

Igor - Rassurez-vous, Edouard, tout est prévu pour fêter dignement la nouvelle année. Ce sera de la dinde au marron... lyophilisée, arrosée de notre meilleur champagne russe... tiède.

Edouard (soupirant) - Au prix où j'ai payé mon billet pour ce séjour quatre étoiles, j'espérais au moins avoir droit à du caviar français !

Igor - Vous auriez dû emporter quelques-unes de vos fameuses saucisses, Edouard...

Edouard - J'en avais une pleine valise, figurez-vous ! Mais on m'a dit que j'étais en excédent de bagages... C'était ça ou mon lecteur de DVD et ma collection complète des Simpsons...

Natacha - Et comme vous êtes un homme de goût...

Edouard - Bon, en attendant, histoire de me mettre un peu en appétit, je vais refaire un petit tour dans la salle d'apesanteur. Je ne m'en lasse pas...

Igor - Je comprends ça... (En aparté à Natacha) C'est le seul endroit où il arrive à ne pas être lourd...

Edouard - Spider Cochon, Spider Cochon, il peut marcher au plafond ! (Tête de Natacha qui ne connaît visiblement pas les Simpsons). Alors, Natacha ? Ça avance, vos recherches ?

Natacha - Dieu n'a pas créé le monde en un jour... Donnez-moi une petite semaine pour essayer de comprendre comment il a fait.

Edouard - Vous travaillez sur quoi, déjà ?

Natacha - Le Big Bang.

Edouard (sceptique) - Ah... Si vous déposez un brevet, faites-moi signe quand même (Edouard s'en va en chantonnant sur l'air du film Les Simpsons). Spider Cochon, Spider Cochon, il peut marcher au plafond !

Igor - Il a fait fortune dans la charcuterie industrielle.

Natacha - Il est marrant.

Igor - Il est lourd.

Natacha - Il pèse un milliard de dollars. Et sans ces nouveaux riches prêts à payer des sommes astronomiques pour apercevoir la terre vue du ciel, je ne pourrais plus continuer mes recherches...

Igor - Penser que le mystère de la création du monde sera peut-être élucidé grâce au sponsoring d'une marque de saucisses...

Natacha - Et vous ? Sans le financement des chaînes de télévision, vous en seriez réduit à piloter des charters pour les Baléares plutôt qu'une navette spatiale... Il s'agit de quoi, cette fois ?

Igor - TF1 réfléchit à un nouveau concept de télé-réalité. Une sorte de loft en apesanteur... Ou alors une nouvelle version de l'Ile de la Tentation, mais sur la Lune.

Natacha - La Lune de la Tentation. Tout un programme... Alors c'est pour ça que... Kimberley est là ?

Igor - Ils veulent vérifier qu'en dessous de 60 de QI, le cerveau humain résiste bien à l'absence de gravité. Pas question de mettre en danger la vie des futurs candidats...

Natacha - Ils auraient pu faire l'expérience avec une vraie dinde.

Igor - Au moins, on aurait pu se la taper pour le réveillon.

Natacha - Ça, pour vous, c'est peut-être encore possible...

Igor - Je ne suis pas sûr que ce soit vraiment mon genre.

Natacha - À voir comment vous la reluquiez tout à l'heure, on aurait pu en douter...

Igor (ironique) - Jalouse...?

Natacha - Parce que vous croyez vraiment que vous, vous pourriez être mon genre ?

Igor - Au moins pour le réveillon, je n'ai pas beaucoup de concurrence... À moins que Monsieur Cochonou soit vraiment votre type d'homme...

Natacha (souriant) - Rassurez-moi, votre Ile de la Tentation version Star Trek, ce n'est pas déjà commencé ?

Igor s'apprête à répondre lorsque le terminal mural de la radio de bord, en forme de téléphone, se met à clignoter en rouge.

Igor - Ah, excusez-moi... (Il décroche le combiné) Capitaine Spock, j'écoute... (Natacha s'apprête à partir mais, intriguée par l'inquiétude qu'elle lit sur le visage de Igor, elle se ravise) Oui... Oui... Ok... Non, non... Ok, tenez-moi au courant...

Igor remet le combiné en place.

Natacha - Un problème ?

Igor - Le centre de contrôle vient de déceler une fuite sur le système d'alimentation en oxygène...

Natacha - Grave ?

Igor - On ne sait pas encore... Ils me rappellent dès qu'ils en savent un peu plus... En attendant, il faut brancher l'alimentation de secours...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :